Rechercher un article
Catégories
Contactez-nous
Hôpital Mère Enfant
Bingerville,
BP 722 Bingerville
info@hme.ci
  Contactez-nous
09 Aug,2022

TROUBLE DU SPECTRE AUTISTIQUE

L’autisme qu’est-ce que c’est ?

L’autisme se définit comme un désordre d’origine neurodéveloppemental. Plus simplement, lors de la construction du cerveau du fœtus, il apparait des modifications qui vont apporter un fonctionnement différent de la personne. Le terme « spectre du trouble autistique » est employé car les caractéristiques peuvent varier très fort d’une personne à l’autre, elles couvrent un large spectre.

Comment peut-on le détecter ?

Le diagnostic se fait en se basant sur des critères établis par le DSM 5. L’autisme se caractérise par un trouble de la communication, des difficultés d’interaction sociale et des comportements stéréotypés ou répétitifs. On se base également sur une analyse clinique des prérequis à la communication et à l’aide de tests.

Quels sont les degrés de sévérité ?

La sévérité du trouble est basée sur les déficiences de la communication sociale et les schémas de comportements restreints et répétitifs. Pour déterminer la sévérité, il existe 3 niveaux de soutien. Le premier niveau est décrit comme nécessitant un soutien, le second nécessite un soutien important et le dernier nécessitant un soutien très important.

 A quel âge peut-on déterminer qu’un enfant est autiste ?

Les symptômes peuvent commencer dans la petite enfance, mais dans le contexte où le trouble est d’une faible sévérité, il peuvent passer inaperçu et donc persister et interférer avec la vie quotidienne. Lorsque le dépistage est précoce, le pronostic clinique à long terme est meilleur grâce à la neuro-plasticité cérébrale. En effet, ce processus permet de créer de nouvelles connexions neuronales, d’en solidifier et d’en modifier d’autres. Le cerveau de l’enfant se transforme plus facilement pour ainsi s’adapter aux changements et aux apprentissages apportés. Dans le cas d’un dépistage précoce, le dépistage peut se faire dès 18 mois. A ce moment-là, l’orientation de l’enfant vers une équipe pluridisciplinaire qui établira un bilan diagnostic permettra d’infirmer ou de confirmer le trouble. Dans ce dernier cas, l’équipe pourra alors établir le degré de sévérité ainsi que le profil de l’enfant pour une meilleure prise en charge. Cette dernière se doit d’être personnalisée et coordonnée pour favoriser le développement et les apprentissages.

Est-il aisé de diagnostiquer ce trouble ?

Le diagnostic de l’autisme est complexe car celui-ci peut être visible tardivement. Si l’autisme est léger, l’enfant peut compenser ses difficultés jusqu’à ce que les exigences sociales deviennent plus importantes. Ce trouble peut aussi ressembler à d’autres troubles. Ceux-ci peuvent, tout comme l’autisme, altérer la communication sociale et les interactions. Nous pensons notamment aux troubles de l’audition, du langage et du développement moteur. Également, les affections neurologiques de type TSLO (trouble spécifique du langage oral), les TDA/H (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) peuvent rendre le diagnostic plus difficile.

Comment puis-je savoir si mon enfant est autiste ?

En tant que parents, vous pouvez être attentifs aux signaux d’alerte suivants :

  • Votre enfant a des difficultés développementales, une réactivité sociale inadaptée, un manque d’interaction avec son environnement.

 

  • Il fait preuve d’une passivité,  d’un manque de réactivité, il ne se retourne pas à l’appel de son prénom et présente un manque d’intérêt pour autrui, il préfère les activités solitaires.

 

  • Il a des difficultés dans l’accrochage visuel, une absence d’attention conjointe (attention partagée par deux personnes sur un objet tierce), et il ne réalise pas d’imitation.

 

  • Un retard ou une perturbation dans le développement du langage peuvent vous alerter.

 

  • L’enfant ne pointe pas et présente une absence de comportement de désignation des objets à autrui, ainsi qu’un manque de réalisation de jeux simples, de jeux de faire semblant ou il ne participe pas aux jeux sociaux ou imitatifs.

 

  • Il a des intérêts inhabituels et des activités répétitives avec les objets.

 

Âges et critères d’alerte

  • Absence de babillage, de pointage ou d’autres gestes sociaux à 12 mois
  • Absence de mots à 18 mois
  • Absence d’association de mots à 24 mois
  • Perte de langage ou de compétences sociales
  • Antécédents d’autisme dans la fratrie

 

 Gardez à l’esprit qu’une régression dans le développement du langage ou des comportements

sociaux doit faire l’objet d’une surveillance systématique au cours des 3 premières années.

Vers quels professionnels me tourner ?

Lorsque vous suspectez des signes d’alerte de troubles autistiques chez votre enfant, vous pouvez en premier lieu vous tourner vers votre pédiatre ou le médecin généraliste. Ceux-ci sont les premiers professionnels de santé qui peuvent vous aider et vous diriger vers d’autres spécialistes. Ils peuvent vous orienter selon leurs observations vers une ou plusieurs consultations ORL, pédopsychiatriques, neurologiques, orthophoniques, psychologiques et psychomotrices. Chacune de ces spécialités se chargera de réaliser un bilan ou des examens complémentaires. Au terme de cela, ces spécialistes accompagneront l’enfant et sa famille en mettant en place un projet d’intervention personnalisé.

Comment l’orthophoniste prend-t-il en charge mon enfant ?         

L’orthophoniste travaille en collaboration avec les autres spécialistes autour de l’enfant. Il crée aussi un partenariat avec le parent pour effectuer une prise en charge personnalisée. Dans un premier temps, le thérapeute va solliciter les parents pour en savoir le plus possible sur leur enfant, considérant que ceux-ci sont ses meilleurs connaisseurs. Dans un second plan, il va mettre en place un projet thérapeutique en priorisant des domaines établis avec la famille. Les prises en charge ont toutes leurs spécificités au vu des importantes différences qui subsistent entre les patients. Cependant, l’orthophoniste peut utiliser des méthodes communes mais personnalisées et individualisées. Ensuite, avec les recommandations et un outil de suivi, les exercices réalisés par le professionnel seront transférés dans la sphère familiale.

Comment puis-je aider mon enfant qui présente un trouble du spectre autistique ?

Afin d’accompagner au mieux votre enfant, soyez observateur, essayez d’identifier ses besoins et les éléments qui provoquent des réactions (crises de colère ou au contraire des rires). Essayez d’identifier ses moyens de communications (verbales ? non verbales ?). Ces observations vous permettront de répondre au mieux aux besoins de l’enfant tout en réduisant les situations inconfortables pour lui. Vous pouvez suivre une routine pour apaiser l’enfant et ne pas le mettre en dans une situation stressante que pourraient causer les changements. Communiquez et jouez avec votre enfant, mettez-vous à sa hauteur et tentez de capter son regard. Faites-vous accompagner par des professionnels, vous n’êtes pas seuls.

Rechercher un article
Catégories
Contactez-nous
Hôpital Mère Enfant
Bingerville,
BP 722 Bingerville
info@hme.ci
  Contactez-nous